Confrérie des Métiers de l'Art

Notre confrérie regroupe tout ceux qui savent travailler avec les énergies de l'univers.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Harmonisation : Introduction au travail avec les pierres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Ami du Minéral
Formateur
Formateur
avatar

Nombre de messages : 1540
Localisation : Au pied d'un dragon endormi.
Date d'inscription : 12/12/2006

26122006
MessageHarmonisation : Introduction au travail avec les pierres

Premiers travaux sur des pierres

Considérons une roche posée en un lieu quelconque hors du lieu d'origine de la roche, nous avons deux éléments principaux, un lieu et une roche. Celle-ci est composée de divers minéraux dans des proportions variables qui lui confèrent des caractéristiques qualitatives de masse, de densité, de dureté, d'énergie, etc. Ces caractéristiques peuvent être modifiées par la taille de la roche, et le lieu dans lequel elle se trouve.

Le lieu peut se définir par sa situation en latitude et longitude, par son exposition solaire, par son climat, par son altitude, par la présence d'une nappe phréatique ou d'une rivière à proximité, par les végétaux qui s'y trouvent, par la nature du sol, par les sortes de roches qui se trouvent sous la couche de terre. Mais on peut aussi s'intéresser aux discontinuités du sol, du terrain, y a t'il de des courants d'eau sous-terrains, des changements de nature des sols, des cavités, des cassures dans la roche, des sources, etc. Est-on face ou dos à une montagne ou à un lac, au sommet d'une montagne, sur une île. Somme toute, il est plus facile d'analyser la roche que le lieu.

Pour simplifier, on pourrait détecter la quantité et la qualité d'énergie "vitale" qui est présent dans le lieu, et que peut donner la roche. Pour l'instant on a considéré les deux éléments séparément mais si on les met ensemble. Cela ne fait qu'un élément de plus dans le lieu si on utilise la première méthode de travail, mais si on se contente des énergies cela devient fort complexe.



Prenons le cas d'un terrain neutre, c'est-à-dire qu'il ne donne ni ne prend d'énergie, sur un terrain plat ayant pour seuls végétaux de l'herbe et sans discontinuités de sols. On y place un caillou de quelques centimètre de diamètre. Et on cherche à détecter une modification de l'énergie du lieu. On détecte alors une très légère modification autour du caillou sur une distance de vingt à trente centimètres. Continuons l'expérience en plaçant une pierre de même nature que le caillou, de trente à quarante centimètres de diamètre, ça fait déjà quelques kilos ! La modification de l'énergie se détecte sur une distance autour de la pierre entre vingt et cent mètres, de plus on s'aperçoit que la forme de la limite de modification d'énergie, la "bulle" en quelque sorte, n'est pas ronde au niveau du sol, mais en forme d'œuf, elle peut même avoir des sortes de pics augmentant la bulle ou la rétrécissant, on pourrait parler de "vecteurs de forme", car ils sont la conséquence de l'application d'une forme, la roche, sur une autre forme, le lieu.



Imaginons encore que nous posions une roche de plusieurs mètres de haut et de diamètre, quelle pourrait être sont influence sur le lieu ?



Conservons notre roche et ajoutons en une seconde distancée de cinquante à soixante centimètres de la précédente. Cherchons la bulle, nous constatons alors qu'une seule bulle lie les deux roches avec entre les deux une sorte de canal. Si une roche a une bulle plus importante à la base, donc une énergie plus puissante, elle va compenser le manque de la seconde roche, en analogie on pourrait penser aux vases communiquant contenant un liquide. Continuons l'expérience en rajoutant des roches suivant la même ligne, je vous laisse continuer l'expérience…

Le terrain sur lequel nous avons travaillé était neutre, si à la place nous en cherchons un coupé par une discontinuité de sol sèche, autrement dit une petite cassure dans la roche ou un changement de terrain. Plaçons notre roche dessus, nous constatons que la bulle que nous connaissions est considérablement augmentée, et que deux vecteurs de formes partent, de part et d'autre de la roche sur le tracé de la discontinuité. Essayez alors de placer plusieurs roches sur ces vecteurs, des canaux d'énergie seront alors créés partant de la roche qui possède le plus d'énergie à l'origine.



Puis nous pouvons encore essayer de varier la nature de la roche, prenons un terrain situé en zone métamorphique, et une roche d'origine cristalline, en analogie c'est comme si vous mettiez du carburant pour fusée dans votre moteur, et inversement si vous inversez les roches !



Dans nos campagnes profondes, il arrive que nous trouvions des applications anciennes ou naturelles de ces principes. Voyons déjà ce qui est naturel. Aux époques de grandes glaciations, des roches parfois immenses se sont détachées des montagnes cristallines, pour être véhiculées par le glacier sur des dizaines ou même des centaines de kilomètres puis, lorsque le glacier s'est retiré, abandonnées sur place souvent en zone métamorphique, non sans quelques effets détonnant sur l'équilibre énergétique de la région. Les autres applications moins naturelles se caractérisent par des sortes de pierres dressées dans champs, seules ou en groupe, parfois elles en soutiennent d'autres posées à plat sur l'ensemble…

Si nous appliquons les principes que nous avons testés précédemment aux monuments mégalithiques, nous nous apercevrons que les peuples de ces époques reculées, avaient une solide connaissance dans ce domaine. Ils ont constitué de véritables réservoirs d'énergie, soit en utilisant un phénomène naturel, soit en les fabriquant à l'aide de groupes de roches. Mais ce n'était pas toujours possible de vivre en de tels lieux. Ils ont trouvé alors le moyen de créer des canaux de transports d'énergie, à l'aide des vecteurs et des canons de formes provoqués par certains arrangement de roches.

Nous pouvons nous demander à quoi servait cette énergie, probablement pour soigner, pour créer des lieux de vie, d'habitat, pour créer des lieux sacrés, d'invocation, etc. Ils n'avaient pas notre confort de vie, ni nos connaissances en matière d'armement (heureusement), pas beaucoup de distractions… La connaissance des énergies devait apporter une certaine ascendance d'un sorcier, d'un shaman ou d'un grand prêtre sur ses fidèles. Un surplus d'énergie devait permettre aux guerriers et aux chasseurs une grande endurance. Somme toute, c'était une source de pouvoir non négligeable.

Cette connaissance s'est transmise avec d'autres sur le végétal, sur la "magie", au fils des siècles, les sorciers ont fait la place aux shamans, aux druides, puis aux représentant des grandes religions. Une église romane est construite comme une grotte, comme une allée couverte, une cathédrale gothique est semblable à une forêt, avec ses animaux, sa grotte, sa source, sa rivière, son puits druidique… Maisons de Dieu ou réservoir de puissance de l'abbé et de l'évêque ? La question est posée et restera probablement sans réponse. L'église et la cathédrale apportaient étaient effectivement un symbole de pouvoir pour les autorités religieuses, mais les villes et villages, qui se trouvaient autour, et les fidèles qui s'y rendaient, les pèlerins de passage, ne recevaient-ils pas une fraction de cette puissance sous forme d'énergie ? Des recherches actuelles ont montré une augmentation de notre potentiel énergétique lors de passage dans une église romane.

Je ne peux vous en dire plus sur l'utilisation des roches car ce n'est pas sans danger pour un débutant. Cependant sachez qu'il existe des pierres qui laissent passer l'énergie que dans un sens, d'autres qui la bloquent, certaines modifient la qualité de l'énergie, d'autres la quantité.

On peut créer des états spéciaux en maniant correctement les roches, des états instables qui permettent le contact avec des mondes non rationnels, des états proches de ceux qu'on pourrait obtenir en consommant des drogues, des excitants…

Si vous désirez plus d'informations concernant les minéraux, contactez-moi !
Revenir en haut Aller en bas
http://cetechnologie.conceptforum.net

 Sujets similaires

-
» Cuisine plan de travail avec angle 90°
» comment terminer le travail avec un point souple
» Avec quelles pierres préférez-vous jouer ?
» Votre avis m'intéresse pour finaliser mon manuscrit
» Un matin au travail avec Tite Crinière
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Harmonisation : Introduction au travail avec les pierres :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Harmonisation : Introduction au travail avec les pierres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie des Métiers de l'Art :: Généralités :: Dictionnaires et techniques :: Techniques-
Sauter vers: